Contenu principale

Acheter une habitation en 2017 reste très attractif

Acheter une habitation en 2017 reste très attractif
Sorry, this article is not yet available in English. Please find the French version below.

Après la hausse record des prix de l’immobilier en 2016, le marché se stabilise cette année et n’évolue plus qu’au même rythme que l’inflation (+/- 2%). Une bonne nouvelle pour les candidats à l’acquisition !

En Belgique au cours des cinq dernières années, on a noté une hausse des prix de l’immobilier : de 3,7 % pour les maisons, 8,4 % pour les appartements et 22,4 % par m² pour les terrains à bâtir. Bien sûr, cette évolution est à nuancer, puisqu’elle dépend étroitement de la localisation, du type d’habitation et de la classe de prix. 

Les experts s’accordent à dire que les fortes hausses de prix de la dernière décennie ne sont plus à l’ordre du jour. À l’époque, la valeur d’une maison gagnait 8,6 % par an et celle d’un appartement 7,9 %. L’euphorie économique, des taux d’intérêt en baisse (13 % depuis les an¬nées ‘80) et la déclaration libératoire unique (DLU) dopaient alors le marché immobilier.

Et pour 2017 ?
Au cours des six premiers mois, le prix moyen des appartements (216.716 euros) a augmenté de 2 % par rapport à 2016, soit autant que l’inflation. Celui des terrains à bâtir (185 euros par m2) a progressé de 1,9 %. Quant au prix des maisons (235.218 euros), leur baisse s’est limitée à 0,7 %.
Au-delà de 500.000 euros, vendre un bien s’avère extrêmement difficile. Jusqu’à 200.000 euros, la concurrence est très forte. Les logements qui peuvent être directement occupés connaissent par exemple une hausse des prix plus importante que les biens qui nécessitent une lourde rénovation. Les investisseurs qui cherchent un rendement sûr focalisent leurs recherches sur des biens qui peuvent être loués immédiatement, pour éviter les coûts d’une rénovation ou simplement ne pas perdre de temps.

Les facteurs qui soutiennent le marché
> La confiance des consommateurs
Les chiffres du chômage étant en repli depuis 2014, une croissance plus forte du revenu disponible est attendue, ce qui constitue un important soutien aux prix de l’immobilier.

> Une fiscalité acceptable
L’instauration d’un impôt sur le patrimoine déposé sur des comptes-titres pourrait profiter à l’immobilier de rapport.

> Une brique dans le ventre
Le Belge considère l’immobilier comme une façon idéale d’aider les enfants et d’optimiser la planification successorale. Il achète aujourd’hui son premier logement à 28 ans. 

> L’augmentation du nombre de ménages
Il faudrait quelque 500.000 logements en plus, surtout dans les grandes villes.

> Et toujours des taux d’intérêt attractifs !
Les taux d’intérêt bas restent le principal moteur de l’immobilier et ne devraient pas connaître de hausse trop importante dans les mois à venir, même si une remontée a été observée dernièrement. Une bonne raison supplémentaire d’acheter une habitation cette année… Contactez BuyerSide pour un accompagnement professionnel à l’acquisition de votre bien idéal !


Source : L’Echo